Ambositra en fête : Salon de l’Artisanat et du Tourisme

La ville d’Ambositra a vibré vendredi dernier au rythme de la fête avec la tenue de la manifestation économique, culturelle et touristique.

Un événement haut en couleur organisé par l’Office Régional du Tourisme d’ Amoron’i Mania, le Bureau International du Travail (BIT) et le Madagascar National Park (MNP). Ceci entre dans le cadre de la mise en œuvre du Code de conduite des acteurs du Tourisme.

Campagne de promotion. La manifestation s’est déroulée à Andrefan’i Vinany. Une galerie de l’artisanat comme celle de la route Digue de Tanà récemment a été construite sur un terrain offert par la commune urbaine. « Cette manifestation entre dans la promotion de la région Amoron’i Mania sur le plan économique, culturel, touristique » selon Eva Hassambay opérateur touristique et présidente de l’ORTAM. Durant la manifestation, des chapiteaux ont été installés le long de la rue en face des showrooms. Les artisans travaillent le bois, la soie, la vannerie sous les yeux des visiteurs qui pour la plupart découvrent pour la première fois le détail du travail des artisans. Il y a des femmes qui travaillent le bois et font de la sculpture, et des hommes qui filent et tissent la soie. Cela permet aux visiteurs de connaître les efforts déployés par les artisans. Des produits de bonne qualité et authentiques qui font la réputation de la région. Du vrai « Made in Amoron’i Mania, qui n’a rien à envier au Made in Germania » selon un ancien maire de la ville d’Ambositra lors de la Festa Mania de l’année 1999. Grâce à tous ces efforts, la région Amoron’i Mania est actuellement une des régions les plus prisées par les touristes, nationaux ou internationaux. Si les habitants des Hautes-Terres centrales rejoignent volontiers les plages pendant les vacances, Mahajanga, Toamasina ou Vatomandry pour les Tananariviens, Manakara et Mananjary pour les Fianarois, les gens des côtes viennent nombreux à Ambositra admirer les rizières, le « tolon’omby » et les villages zafimaniry. L’objectif est de faire venir les Malgaches, les premiers touristes de leurs pays.

Tourisme durable. A cette occasion, le Centre d’interprétation de l’Office Régional du Tourisme d’Amoron’i Mania a été inauguré.  » Le soutien à l’artisanat est logique et vise principalement à rendre les emplois dans ce secteur plus décents, productifs et durables. La population va profiter davantage de la visibilité et de la réputation de l’artisanat de cette région, à travers de ce type d’événements économiques organisés par ORTAM. Lorsque le tourisme et l’artisanat qui sont complémentaires se développent, la lutte contre le travail des enfants se reposent sur un socle économique profitable aux parents et à la population en général » a déclaré Christian Ntsay, Directeur du BIT pour l’Océan Indien, venu assister à ce double événement ayant bénéficié des appuis du BIT à Ambositra. Une cinquantaine de jeunes filles et garçons par promotion qui apprennent en cent jours le travail de la soie : préparation des cocons, filature, tissage avec l’appui de l’UNESCO et le CITE Ambatonakanga. Exploitation et production légales du « toaka gasy » ou rhum local par une PME. Des échantillons avec étiquettes et bien présentés ont été exposés lors de la manifestation. Sortir de l’informel et de l’illégalité pour promouvoir une activité qui fait vivre et donne du travail à des centaines ou des milliers de paysans cultivateurs de canne à sucre.  Et toujours dans cette action visant à promouvoir le tourisme durable avec la création et l’ouverture du nouveau Parc National de Fandriana-Marolambo. « On espère que cette belle forêt naturelle attirera dans quelques années autant de touristes que l’Isalo, Ranomafana ou Bekopaka, qui ont été promus par le MNP. Le développement du tourisme a apporté un changement notable sur la vie de la population » a annoncé Guy Suzon Ramangason, directeur du MNP. Il y a une association des jeunes ruraux déscolarisés.

Ressemblances. Le samedi 14 mai, l’Ambassadeur de l’Indonésie était en visite dans la ville et du Palais royal d’Ambositra. Il y a beaucoup de ressemblances entre le Betsileo et l’Indonésie : les maisons traditionnelles, les rizières en terrasse, les Teza ou poteaux sculptés qui ornent les tombeaux des grands souverains, analogues aux Hampatong entourant les tombeaux princiers chez les Dayak au Bornéo.

Midi-Madagasikara du 18 Mai 2016/T.H