Festival mondial des Lémuriens : Une cinquième édition qui a tenu ses promesses

La 5e édition du Festival des Lémuriens qui s’est tenue hier, a tenu ses promesses. Dont les principales étaient de conscientiser le plus grand nombre sur l’importance économique, socio environnementale, culturelle et scientifique des lémuriens et de  leur protection.

Même au niveau étatique, le festival a été parrainé par quatre ministres, lesquels sont tous concernés par la protection des lémuriens. Le festival mondial qui s’est tenu à l’Académie nationale des Sports à Ampefiloha hier, s’est déroulé sous le haut parrainage de : Marie Monique Rasoazananera, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MESUPRES), Guillaume Venance Randriatefiarison, ministre de l’Environnement de l’Ecologie et des Forêts (MEEF), Horace Gatien, ministre de l’Education nationale (MEN), Jean Brunelle Razafintsiandraofa, ministre du Tourisme ; et Eléonore Johasy, ministre de la Culture de la Promotion de l’Artisanat et de la Sauvegarde du Patrimoine. Une pléiade de ministres qui démontre que la protection des lémuriens possède une dimension transversale. Elle concerne autant l’enseignement supérieur par l’importance des primates  sur le plan scientifique. Le MEEF est également directement concerné, car les primates constituent une part entière du patrimoine naturel malgache. Le MEN quant à lui intervient dans l’éducation environnementale permettant aux tout petits -avenir de demain- de se familiariser avec la protection et le respect des lémuriens. Le Tourisme et la Culture sont tous deux concernés car les lémuriens, ces primates, qu’ils soient « varika », ou « tsifaka », constituent un emblème de Madagascar sur le plan touristique et culturel, tout en étant un de ses principaux atouts touristiques. Par ailleurs, la première magistrate de la ville, Lalao Ravalomanana, était également présente hier pour honorer l’évènement. Elle a réussi à proposer une programmation diversifiée pour le public venu nombreux : concours sportifs, carnaval, expositions, animation culturelle et conférences thématiques.

Source : Midi Madagasikara du 06 octobre 2018/Luz Razafimbelo